Qu’est ce que le Rétablissement ?

Durant les années 30 aux Etats-Unis, on assiste à une véritable implication des usagers de la santé et plus spécifiquement de la psychiatrie avec les pionniers du « Self Help » : les « Alcoholics Anonymous » (Alcooliques Anonymes). Plusieurs années après, deux ex-patientes de la psychiatrie (Chamberlin et Deegan) reprennent le concept de « Recovery » (Rétablissement), développé par le mouvement des Alcooliques Anonymes en 1935.

Patricia Deegan définit le terme « Recovery » comme « un processus dont le but n’est pas de devenir “normal”. Le rétablissement est une façon de vivre, une attitude et une façon de relever les défis de la vie de tous les jours. Ce n’est pas un processus linéaire : c’est une trajectoire qui comprend des reculs et des avancées. C’est l’aspiration à vivre, à travailler, à aimer, et ce, dans une communauté à laquelle il est possible de prendre sa place pleine et entière ».

Bill Antony, l’un des concepteurs du mouvement du Rétablissement le définit comme suit : « le rétablissement est un processus foncièrement personnel et unique qui vise à changer ses attitudes, ses valeurs, ses sentiments, ses objectifs, ses aptitudes et ses rôles. C’est un moyen de vivre une vie satisfaisante, remplie d’espoir et productive malgré les limites résultant de la maladie. Le rétablissement va de pair avec la découverte d’un nouveau sens et d’un nouveau but à sa vie, à mesure qu’on réussit à surmonter les effets catastrophiques de la maladie mentale. »

 L’approche du Rétablissement s’appuie sur la reprise de pouvoir sur sa vie (Empowerment) et la défense des droits des usagers de la santé mentale.